Halte à la barbarie de Bachar ElAssad en Syrie, ahmed bencherif

Le monde reste consterné face aux horreurs que perpètre sans vergogne, sans mesure à l’encontre des Syriens qui crient leur désaveu non équivoque à la politique de leur président déchu de son humanité. Bombarder les villes insurgées, c’est tuer des civils dans le tas qui sont hommes, femmes, enfants, bébés. Devant un pareil sang froid, digne du nazisme, des régimes rétrogrades, totalitaires, nous sommes glacés d’effroi. Est-il possible qu’au troisième millénaire qui a vu des progrès scientifiques dans tous les domaines, l’avancée des droits de l’homme, l’on puisse imaginer des évènements catastrophiques. Comment un régime, le plus tyran qui soit, puisse-t-il déployer ses chars et ses blindés dans ses propres villes? Quelle horreur lorsque l’on sait que ces villes subissent des bombardements aériens.

Voilà une année et Bachar Assad ne lâche pas d’un iota sa politique répressive.  Toutes les médiations avec son émminence ignoble ont échoé. Mais avec quelle arrogance, il reçoit ces médiateurs ! Avec quelle arrogance, il tient ses conférences de presse ou bien au sein du prétendu parlement dont les députés délirent en applaudissements et en ovations. Mais avec quel mépris, il parle des insurgés qui veulent être libres, qui veulent s’exprimer sans crainte d’un séjour dans les cachots du régime le plus sinistre et le plus timoré. Pourquoi ni Bachar Assad ni son père qui avait décimé en son temps la ville de Hama en 1980 avec un bilan de 20000 victimes n’ont pas montré leur colère, leur violence, leur force, leur génie destructeur pour libérer la portion du territoire de Syrie, le Golan, occupée depuis la guerre des six jours en juin 1967, plateau du Golan totalement annexé au territoire d’Israel qui compte non moins de 20000 colons défendus par des troupes qui ne tiennet nullement à le restituer.

Mais qui fait de vous un homme puissant et dangereux, Bachar Assad? Vos alliés stratégiques, la Russie et la Chine, qui bloquent toute résolution onusienne. Pour votre crise de conscience, l’insurrection ne faiblit pas et continue à braver vos tanks et les deux grandes puissances. Mais qui paie la note à rivières de sang? C’est votre peuple que vous avez mis dans une geôle durablement, c’est à dire captif d’une guerre froide qui semble se dessiner à l’horizon immédiat ou futur; Tous les pays du monde sont indignés par votre politique de violences outrancières et tous ne peuvent rien faire pour arrêter le drame que subit votre peuple. Vous promettez des réformes vous légiférez seul pour donner au compte goutte des pans de liberté de représentativité. Mais à vrai dire, vous avez décidé d’écraser la révolution qui triomphera malgré vous, malgré les armes que vous octroient la Russie, l’Iran cet autre pays autocrate lui aussi frappé de mégalomanie qui joue seul au joker en faisant la démonstration de force, alors qu’il n’est pas prêt de faire une guerre avec l’Occident, les USA, ni même Israël qu’il ne cesse de menacer d’extermination, sauf que c’est surement dans leurs illusions pour frapper les imaginations de peuples arabes émotifs, dont la Palestine.

Oh ! Quel malheur ! Mon pays aussi vous soutient au nom d’un principe que seul le pouvoir connait et qu’il tient secret pour éviter être discrédité par l’opinion nationale. Quel malheur l’Algérie des révolutions,l’Algérie des sacrifices soutient le régime sanguinaire de Bachar Assad. Le président Abdelaziz Boureflika soutient la tyranie contre un peuple frère; lui le Moudjahid qui avait combattu au maquis les soldats français pour notre liberté. Non monsuier Bouteflika, ressaisissez-vous; soyez clément avec ces citoyens qui meurent sous les balles. Je vous demande alors de vous impliquer davantage en cherchait une solution à cette crise. Vous n’aurez aucun mal à faire ce pas; Car vous etes proche de ce régime et l’opposition sera bien enchanté de vous suivre. Ou bien cette crise est-elle au-dessus de votre talent diplomatique que sans cesse les uns et les autres nous rappellent.

VIVE LA LIBERTE

Laisser un commentaire